Rédacteur web, je me pose les bonnes questions

Un rédacteur web dresse l'inventaire des réponses pertinentes à transmettre dans son message. (Creative Commons/FlickR: WingedWolf)

Un rédacteur web a tout intérêt, en préparant son contenu textuel,  à se poser une série de questions essentielles. Celles-ci peuvent s'avérer salvatrices pour contrer le syndrome de la page blanche. Mais surtout, elles permettent de satisfaire les attentes des lecteurs.

Comme dans toutes formes de communication, la rédaction web entraîne en premier lieu la prise en compte des caractéristiques du récepteur. Le but étant de s'assurer que le message émis soit bien reçu et compris comme il se doit.

Ensuite, on attend du rédacteur web qu'il réponde à certaines questions. Et qu'il livre des réponses que nous avons tous - depuis que nous savons lire - l'habitude de trouver en parcourant un texte informatif. Précision: il va de soi que nous présentons ici des principes rédactionnels s'appliquant à une démarche communicationnelle. Ils ne concernent pas les productions à vocation littéraires, esthétiques, etc.

Viser sa cible

Avant de produire un contenu textuel, le rédacteur web doit se faire une image claire du public cible. Lequel prêtera davantage attention à un message formulé avec le ton et les mots qui lui parlent d'emblée.

Quelles sont les informations essentielles à transmettre aux internautes?
Cette question a l'air bateau, mais reste néanmoins incontournable. Il serait fâcheux, et surtout improductif, d'oublier de mentionner un élément clé du message que l'on souhaite communiquer!

QQOQCCP

Le rédacteur web averti fera appel à une technique d'écriture journalistique: la règle des 5W + 2H. Kesako? Cette obscure formule fait référence aux pronoms interrogatifs de langue anglaise: who, what, where, when, why + how et how much. Elle se traduit en français par l'acronyme QQOQCCP. C'est-à-dire:

  • Qui? Quand? Où? Quoi? Comment? Combien? Pourquoi?

Ainsi, pour rédiger un contenu textuel efficace, on se placera du point de vue des récepteurs. Un bon rédacteur web a conscience que ceux-ci attendent un maximum de réponses parmi ces 7 questions. Il sait qu'il n'a rien à perdre à dresser l'inventaire des réponses pertinentes à transmettre dans son message. De plus, cette technique permet de balayer d'un revers de main l'angoisse de la page blanche. On aurait tort de s'en priver!

5 commentaires pour ce billet

  1. axel from agence web paris dit :

    Bons conseils pour du rédactionnel type communiqué de presse. Pour ajouter du contenu à des sites marchands c'est un peu plus la prise de tête pour remplir des fiches produits mais on peut largement s'aider avec les questions suivantes:
    - qu'est-ce que c'est?
    - Avec quoi c'est fait?
    - A quoi ça sert?
    - Qu'est-ce que ça m'apporte?
    - Qu'est-ce que ça ME fait?
    etc...

  2. Merci pour ces précieux conseils. C'est vrai qu'il faudrait à chaque communiqué partir sur cette base. C'est bien plus pertinent et efficace. Il m'arrive de répondre à certaines de ces interrogations mais pas forcément à toutes. Lors du prochain communiqué je vais m'appliquer à y intégrer toute cette suite logique de questions afin d'être le plus proche de ce que les clients attendent.

    • Yannick dit :

      Pas de quoi! Il faudrait en tout cas s'assurer de développer les questions répondant à des informations clés, essentielles. Cela arrive bien sûr de ne pas pouvoir répondre complètement au QQOQCCP, ou de juger l'une ou l'autre des réponses peu intéressantes pour la cible.

  3. Guillaume from buzz du net dit :

    Perso pour ajouter du contenu sur le site marchand pour lequel je bosse car c'est quand même différent d'un blog, je pose ça:

    Résumé:
    Description détaillée:
    Fonctionnalité:
    Compatibilité:

    Pour mon blog perso la question ne se pose pas, j'écris quand j'ai envie d'écrire sans contrainte :)